ACCUEIL MAISONS COMPÈRE
 
  

Maison passive

Qu’est-ce qu’une maison passive et quelle est la différence fondamentale entre celle-ci et une maison basse énergie ?

Comme pour beaucoup de personnes à l’heure actuelle, vous avez dans l’idée de vivre dans une maison consommant le moins possible et, par conséquent, étant plus respectueuse de la planète. Peu importe vos motivations exactes, nous ne pouvons que vous encourager dans ce sens ! Comment construire une maison ecolo ? Et, comment définir une maison passive et comment se diférencie-t-elle d'une maison basse énergie ? 

Commençons par nous intéresser à la maison passive. Ce concept a la particularité d’être pensé pour consommer le moins d’énergie possible au mètre carré. Pour cela recours, nous avons recours à des méthodes moins traditionnelles de chauffage et de ventilation comme par exemple l’énergie solaire ou encore la ventilation mécanique. 

La maison passive en Belgique

maison passive
En Belgique, pour être légalement certifiée « maison passive », l’habitation construite doit remplir plusieurs conditions : 
 
  • La consommation d’énergie ne doit pas dépasser 15 kWh par mètre carré et par an.
  • Le coefficient de surchauffe au sein de la maison (plus de 25 degrés) ne peut excéder 5%.
  • La consommation  en énergie primaire, de la dite maison passive, doit obligatoirement être calculée et indiquée sur le certificat.
  • Le taux de renouvellement d’air (mesuré grâce à un blower door test) se doit de ne pas outrepasser 0,6 h-1.

Maison passive et maison basse énergie, quelles différences ?

La réponse se situe au niveau de l’isolation évidemment ! Car contrairement à un habitat traditionnel, la maison passive possède, la plupart du temps, une isolation bien plus épaisse ainsi que du triple vitrage. 
 
Quant à la maison basse énergie, il y a énormément de fausses rumeurs qui circulent à son sujet. Peu de personnes ont vraiment conscience de la définition exacte d’une maison dite basse énergie. La voici :
La maison basse énergie est un habitat dont la consommation en énergie nécessaire pour le chauffage de celle-ci n’excède pas 30 kWh par mètre carré et par an, ce qui équivaut à une consommation de 3 litres de mazout par mètre carré et par an. 
 
Auparavant, la caractérisation d’une maison basse énergie s’exprimait en K (coefficient d’isolation). Dorénavant, cela est basé sur la consommation de la maison. Cependant, en région wallonne, on parle encore souvent de « E », c’est-à-dire « coefficient de performance énergétique globale du bâtiment » (qui doit alors être compris entre E0 et E50). Ces divergences constituent un frein à la réelle compréhension de ce qu’est exactement une maison basse énergie pour le grand public. Cela dit, se référencer à la définition basée sur le coefficient de performance énergétique globale n’est pas correct à proprement parler, c’est bien celle fondée sur la consommation par mètre carré et par an qui a été sélectionnée par les autorités en tant que définition légale d’une maison basse énergie. 

La consommation d'énergie d'une maison passive

Tout comme pour la maison passive, la consommation si moindre de la maison basse énergie réside principalement dans son isolation bien supérieure aux standards des habitations traditionnelles.
Mais alors quelles sont les différences précises entre une maison passive et une habitation basse énergie ? 
Vous l’aurez compris, les deux types d’habitations sont très semblables. Les différences majeures résident dans la consommation d’énergie au mètre carré et par an. 
 
La réduction de consommation annuelle d’une maison passive comparativement à celle d’une habitation traditionnelle est estimée à 90% contre 50 à 60% pour une maison basse énergie. 
 
Mais le point le plus contrastant entre les habitations « basse énergie » et « passive » est… leur prix ! En effet la maison passive est entre 20 et 30% plus onéreuse qu’une maison basse énergie, qui elle, ne coûte qu’environ 10 à 15% plus cher qu’une maison traditionnelle, pour vous donner une idée des budgets nécessaires à la réalisation de ces deux différents types de projet basse consommation. 
Ce sont les différentes installations particulières présentes dans la maison passive ainsi que son isolation plus conséquente qui la rende plus coûteuse en comparaison à sa cousine « basse énergie ». 
 


L’installation la plus coûteuse de la maison passive reste probablement son chauffage à l’énergie solaire. Qui, certes, est un système d’énergie renouvelable extrêmement fiable et performant faisant faire de folles économies sur le long terme mais le montant nécessaire à ce genre d’équipement est très élevé ! Cependant rien ne vous empêche, si cela n’est pas faisable avec votre budget actuel, de faire construire une maison basse énergie maintenant et de l’équiper de ce système révolutionnaire par la suite, lorsque vos finances vous le permettront et ainsi faire un pas après l’autre dans le monde des constructions écologiques, à votre rythme.

Chauffer sa maison passive à l'énergie solaire

Le principe de fonctionnement de ce type d’équipement d’énergie renouvelable est de transformer la lumière du soleil en électricité faisant de cette source d’énergie un puits sans fond de ressource ! Pour ce faire, des panneaux photovoltaïques sont installés sur le toit de l’habitation dont il est question. Ce sont ces mêmes panneaux qui vont par la suite capter la luminosité solaire. Ces panneaux sont composés de plusieurs couches superposées. La lumière heurte la première couche (faite de verre) provoquant ainsi un excès d’électrons qui se dirigent alors vers la seconde couche puis vers la troisième créant ainsi la fameuse électricité solaire que ce type d’installation génère. Afin de parachever l’installation, en plus des panneaux photovoltaïques, d’autres éléments sont nécessaires comme un onduleur (celui-ci change le courant continu en courant alternatif), par exemple, et possiblement d'autres appareils en fonction de ce que vous désirez exactement. Comme certaines installations qui permettent d’avoir la possibilité de stocker l’électricité produite dans des batteries et de la restituée en fonction des besoins du consommateur, au jour le jour.

Maison passive, ce qu'il faut savoir avant de se lancer !

Vous n’êtes toujours pas décidé à choisir l’un ou l’autre type d’habitation ? Quels sont alors les points négatifs les plus notables à prendre en considération dans les eco constructions, c'est à dire les constructions « basse énergie » et passives ? 
Tout d’abord, pour ce qu’il en est dans la construction d’une maison passive, il faut savoir que les pièces orientées au nord sont moins bien éclairées… Cela est dû au fait que dans une maison passive, le vitrage est concentré au sud de l’habitation. 
 
De plus, la végétation ainsi que la bâtisse en elle-même doivent obligatoirement s’adapter aux diverses contraintes que l’utilisation de panneaux solaires implique : Orientation au sud, forme particulière, seuls les arbres feuillus (et non les conifères) peuvent être placés au sud.
 
Mais il y a aussi le fait qu’il soit très difficile d’être en mesure de construire une maison passive en ville, pour ceux qui préfèrent la vie citadine. Cela est dû au fait que peu de terrains en métropole réunissent les conditions nécessaires à la construction d’une maison passive. Les immeubles des zones urbaines empêchent l’utilisation de l’énergie solaire, par exemple.
 
Mais aussi les problèmes de surchauffe qui sont relativement courant dans ce genre d’habitation, plus spécifiquement lors de la période de transition entre le printemps et l’automne.
 
Et de plus, rappelons-le tout de même, son prix est une contrainte énorme à la construction d’une maison passive ! Celui-ci étant bien supérieur d’une part à celui d’une maison traditionnelle mais également en comparaison du coût d’une maison basse énergie. 

Maison basse énergie ou maison passive, Maisons Compère a fait son choix

La construction d’habitation basse énergie, elle, n’a pas d’inconvénient pour ainsi dire, contrairement à la maison passive, si ce n’est son prix légèrement plus élevé que celui d’une maison traditionnelle… mais puisque celui-ci est rentabilisé sur le long terme, cela diminue encore un peu le poids de cet argument. 
 
C’est à la vue de ces comparaisons et des avantages et inconvénients de chacun de ces deux types d’habitations que Maisons Compère, société de construction de maisons clé sur porte, a alors préféré s’engager dans la construction de maisons « basse énergie » plutôt que dans celle de maisons passives. 
 
La consommation d’énergie générée par nos habitations se situe parmi les plus basses du marché belge actuel et fait notre fierté ! 
 
Nos maisons se caractérisent par leur garantie d’un budget réduit à la construction (avec une moyenne de 930 euro du mètre carré TVAC basée sur tous les modèles de notre documentation !) mais également sur le long terme de par le fait qu’elles soient si peu énergivores. De plus, nos constructions ont une garantie de 20 ans ! 

Quel est le truc en plus qui fait de nos maisons « basse énergie » une référence dans le monde de la construction ? 

Notre PACK ISO+, car comme dit précédemment, l’isolation est ce qu’il faut le plus privilégier dans la construction d’une maison à faible consommation. 
 
Ce pack comprend : 
  • 12 cm de polyuréthane en chape
  • 10 cm de polyuréthane dans les murs extérieurs 
  • Un vitrage K1.1
  • Des portes sectionnelles de 40 mm K0.5
  • Mais aussi 24 cm de laine minérale en toiture
     
Apportant ainsi une isolation largement supérieure à celle d’une maison traditionnelle bien que, légèrement moins conséquente que ce qui se fait dans la construction passive. Son avantage est d’être à moindre coût et donc à la portée de toute personne désireuse de faire ériger une nouvelle construction économe et durable, ce pack est une véritable aubaine.
 
C’est parce qu’une maison est faite pour résister au temps que le choix d’une maison à faible consommation d’énergie telle que la maison passive et la maison basse énergie est évident puisque ce type de construction est respectueux de l’environnement et du portefeuille de son propriétaire sur le long terme. Et c’est parce que ces sujets importent particulièrement aux Maisons Compère que nous voulons vous donner toutes les cartes nécessaires afin de limiter un maximum les dépenses énergétiques de toutes habitations (et ce même si elles ne sont ni « basse énergie » ni passives)…

Comment isoler correctement sa maison sans effectuer de gros travaux ?

Plus de la moitié des dépenses annuelles d’un ménage wallon, en termes de consommation d’énergie, est dû au chauffage du foyer ! Rien que ça ! C’est pourquoi, rappelons-le, l’isolation est si importante ! Il existe cependant pas mal d’astuces afin d’isoler sa maison au mieux sans effectuer de gros travaux. 
 
Isoler les tuyauteries de chauffage traversant les zones non chauffées (telles que les caves, les vides ventilés, etc…) d’une habitation est une première façon d’isoler davantage sa maison. Cela évitera ainsi une perte de chaleur inutile dans une pièce qui n’en a pas la nécessité. Ce type d’isolation est en vente dans n’importe quel magasin de bricolage ! 
 
Isoler le plancher d’un grenier qui n’est pas habitable peut aussi être une excellente idée, une bonne épaisseur sera nécessaire : 16 cm minimum si vous utilisez de la laine minérale, par exemple. Si un stockage est projeté dans celui-ci, utilisez de l'isolant rigide (de minimum 13 cm) puis déposez-y une plaque de bois afin de le protéger des perforations. 
 
En hiver, pensez à colmater les joints au bas des portes ou autour des vieux châssis, cela évitera au maximum que le froid extérieur ait l’occasion de s’immiscer dans votre foyer ! 
 
En conclusion, ces deux types d’habitations ont leurs avantages et leurs inconvénients, nous ne saurions que vous conseiller de vous décider après avoir étudier longuement la question.
 
Sur ce, Maisons Compère vous souhaite de réaliser vos projets de construction (de maison passive ou basse énergie peut-être…) le plus sereinement possible et d’avoir la chance de vivre un jour dans la maison de vos rêves.
 
© 2017 Maisons Compère SA - Blog - Vie privée